vendredi 20 mars 2015

lundi 16 mars 2015

Le festin nu

_MG_7104.CR2

"Un simiopathe — la définition technique de cette affection m'échappe — est un citoyen qui est persuadé qu'il est un gorille ou quelque autre membre de la grande famille simienne. C'est un désordre propre à la vie militaire qui disparaît à la démobilisation."

"Le corps sait parfaitement quelles veines on peut piquer et il transmet cette intelligence aux mouvements instinctifs que l'ont fait pour préparer la piqûre... Parfois l'aiguille pointe aussi droite qu'une baguette de sourcier, parfois il faut attendre le signal — mais quand il arrive le sang jaillit toujours.
 ... Une orchidée rouge s'épanouit au fond du compte-gouttes. Durant une longue seconde il hésita, puis pressa la caoutchouc et regarda le liquide disparaître d'un trait dans la veine, comme aspiré par la soif silencieuse de son sang. Il restait une mince pellicule de sang irisé dans le compte-gouttes et la collerette du papier blanc était souillée comme un pansement. Il se pencha, emplit le compte-gouttes d'eau et au moment ou il le vidait par terre, l'impact de la came le frappa à l'estomac, un coup étouffé, onctueux...
... J'abaisse mon regard, vois mon pantalon crasseux, pas changé depuis des mois... les jours passent en glissant comme enfilés à ma seringue au bout d'une longue aiguillée de sang... j'ai oublié l'amour, l'acuité de tout les plaisir du corps — je suis un spectre gris cramponné à la drogue. Les copains espagnols m'ont baptisé El Ombre Invisible, L'Homme Invisible..."

William S. Burroughs

mercredi 4 mars 2015