mercredi 9 juillet 2014

Ask the dust

_MG_6170

"It was no use. How could I search for her? Why should I search for her? What could I bring her but a return to the brutal wilderness that had brocken her? I walked back in the dawn, sadly in the dawn. The hills had her now. Let these hills hide her! Let her go back to the loneliness of the intimate hills. Let her live with the stones and sky, with the wind blowing her hair to the end. Let her go that way."

John Fante

lundi 7 juillet 2014

Objectifs

_MG_5047.CR2

Depuis mon acquisition du Canon EOS 5D MarkII, je complète ma gamme d'objectifs à mise au point manuel. Il existe un groupe sur Flickr (s'il y a un réseau social qui n'est pas complètement idiot, c'est bien celui-là!) pour les photographes qui utilisent des appareils Canon avec des objectifs à mise au point manuel. Dans ce groupe il y a des test d'objectifs assez intéressants, et bien pratique pour savoir si le cailloux que vous avez trouvé sur Leboncoin pour presque rien dans le meilleur état du monde vaut vraiment quelque chose ou va venir prendre la poussière sur une étagère. Je me suis donc mis à publier les essais de mes objectifs, cliquez sur les images pour atteindre les tests (en anglais).

Sans titre

Cosinon 50mm f1,7

_MG_5045.CR2

Pentacon 29mm f2,8

_MG_5048.CR2

SMC Takumar 105mm f2,8

_MG_6237

Auto-Revuenon 35mm f2,8

dimanche 6 juillet 2014

Crocodile

_MG_5300

"Je venais juste d'avoir trente ans et brusquement la vie prenait un goût de vieille gomme à mâcher. Je me suis demandé si j'avais encore une chance de maîtriser la situation. J'avais conscience de tout ce que cela m'avais coûté, il me semblait que j'avais réussi à bâtir quelque chose et que je pouvais m'y appuyer. Je me fichais pas mal des réflexions désabusées de mon père sur la question. Je n'éprouvais pas de fascination particulière pour le chaos, j'étais un type normal, je n'écrivais pas des livres."

Philippe Djan

mercredi 18 juin 2014

Lac de Haute Sûre

Canon 5D MarkII, Cosinon 50mm f1,7

_MG_6164.CR2

Balade en deux jours autour du lac de Haute Sûre au Luxembourg, j'ai suivi cet itinéraire en commençant par le nord du lac, à mon avis bien plus physique que dans l'autre sens...

_MG_6048.CR2
_MG_6051.CR2
_MG_6048.CR2
_MG_6054.CR2_MG_6063.CR2
_MG_6093.CR2
_MG_6098%20-%20_MG_6102
_MG_6070.CR2_MG_6092.CR2
_MG_6106_CR2_embedded
_MG_6115.CR2
_MG_6118.CR2
_MG_6120.CR2
_MG_6121.CR2
_MG_6124.CR2
_MG_6129.CR2
_MG_6141.CR2
_MG_6148.CR2
_MG_6149.CR2_MG_6152.CR2
_MG_6154.CR2

mardi 17 juin 2014

Chronique d'un état des lieux

_MG_5022.CR2

  Lorsque je ferme les yeux, je me revois sous la table de la salle à manger durant les repas de famille. Parmi les pieds chaussés et les pieds de chaises, la rumeur des discussions des adultes n'est plus qu'un murmure, seul reste le soubresaut des jambes et le frétillement des talons. Les bas d'un gris crémeux de mamie et les sandales au reflets dorés de ma mère coincé entre les bateaux de mon père et les pantoufles de mon grand-père. Bientôt l'odeur âcres des cigarillos pénétrera sous la nappe, et, à la faveur des eaux de vies les jambes s'étendront, chassant la politique qui partageait avec le café son amertume. L'alcool fort bu à petites gorgées balayera les tensions, et l'espace sous la table devenant exiguë, je me mêlerai à l'atmosphère vaporeuse et irai tremper un sucre dans la mirabelle paternelle.

_MG_5017.CR2

  Lorsque je rouvre les yeux je suis dans un train, traversant ma vie comme un spectateur des paysages qui défilent par la fenêtre, où les sapins plantés sur la montagne, comme une palette infinie de verts, représentent les personnes rencontrées : il est impossible d'en fixer un parce que le train va trop vite, la machine tourne à toute allure. A peine s'est-on relevé de dessous la table qu'on est déjà dans les pantoufles.
Ce n'est pas tant vieillir qui fait peur — cela fait partie de l'ordre des choses — c'est plutôt la peur de ne pas avoir le temps de profiter des gens, de manquer des instants qu'on ne pourra jamais revivre et oublier l'exactitude des visages et la chaleur des sourires, le son des voix et la richesse des mots prononcés alors que la fatigue sort sa massue pour abattre les plus vaillant d'entre nous. Alors on veut se transformer en montagne et aller cacher sa tête dans les nuages, au dessus desquels rien ne change. Il y fait toujours bleu et la mer molletonnée et blanche calmerait l'esprit le plus agité. Il faudra cependant encore traverser la foule et ses turbulences hasardeuses avant de finir seul.

Quelque part entre Gap et Grenoble, 30/05/2014

lundi 16 juin 2014

Les Gorges du Verdon

Canon 5D MarkII, Cosinon 50mm f1,7 & Pentacon 28mm f2,8.

_MG_5746.CR2
_MG_5744.CR2
_MG_5740.CR2
_MG_5735.CR2
_MG_5728_CR2_embedded
_MG_5719.CR2
_MG_5724.CR2_MG_5716.CR2
_MG_5718.CR2
_MG_5714.CR2
_MG_5692.CR2
_MG_5687.CR2
_MG_5686.CR2

Le sentier Martel, mai 2014

_MG_5910.CR2
_MG_5701.CR2_MG_5909.CR2
_MG_5907.CR2
_MG_5903.CR2
_MG_5885.CR2
_MG_5883.CR2
_MG_5875.CR2
_MG_5869.CR2
_MG_5866.CR2
_MG_5858.CR2
_MG_5842.CR2
_MG_5879.CR2_MG_5840.CR2
_MG_5818.CR2
_MG_5815.CR2
_MG_5811.CR2
_MG_5778.CR2

L'imbut, mai 2014